En 2017, le camp Fillon manifeste encore contre l'avortement

Hier, des militants anti-IVG organisaient une manifestation à Paris, à laquelle plusieurs soutiens notoires du candidat de la droite à la présidentielle avaient annoncé leur participation.


La manifestation était annoncée à coups de publicités dans Le Figaro et Valeurs actuelles, ainsi qu'une campagne d'affichage sauvage dans les beaux quartiers de Paris. S'ils ne militent pas officiellement pour la fin de l'IVG, les militants de l'association "En marche pour la vie" assurent "promouvoir un nouveau modèle de société qui ne banalisera plus l’interruption volontaire de grossesse en proposant une politique de santé digne de ce nom visant à diminuer les 220.000 avortements annuels".

"N’en déplaise aux politiques, les Français souffrent de l’IVG", assure même le collectif sur son site. Parmi qui ont annoncé leur participation au mouvement, l'ancien candidat à la primaire de droite, Jean-Frédéric Poisson. Il traversera Paris avec ses amis du Parti chrétien démocrate, Christine Boutin et le conseiller régional d'Ile-de-France Franck Margain.

Poisson, qui avait soutenu François Fillon au second tour de la primaire sans obtenir de contrepartie sur le mariage pour tous notamment, y croisera également quelques fillonistes, parmi lesquels des membres du mouvement Sens Commun, émanation de la Manif pour tous qui a officiellement soutenu François Fillon dans cette primaire et obtenu à cette heure cinq investitures pour les législatives de juin prochain. Sa porte-parole, Madeleine Bazin de Jessey, avait elle aussi annoncé sa présence.
Cette dernière serait très certainement, selon de nombreux responsables de la campagne Fillon, pressentie pour devenir ministre en 2017.

Dans l'équipe de Fillon, on ne fais pas de commentaires: "Chacun fait ce qu'il veut", pour le porte-parole du candidat Thierry Solère. Difficile pourtant de ne pas se souvenir des attaques d'Alain Juppé lors de l'entre-deux-tours de la primaire, lorsqu'il avait alors demandé au député de Paris de "clarifier sa position sur l'IVG". François Fillon avait auparavant confié qu'il était, "à titre personnel", opposé à l'IVG : "Philosophiquement et compte tenu de ma foi personnelle, je ne peux pas approuver l’avortement."
Fourni par Blogger.