En Russie, les violences contre les femmes et les enfants dépénalisées

Sous la pression de l'Eglise orthodoxe, les députés ont voté un projet de loi visant à dépénaliser les violences domestiques.


Les violences domestiques vont être dépénalisées en Russie après le vote mercredi 25 janvier par les députés russes d'un projet de loi réduisant l'arsenal judiciaire dont disposent les victimes.

Le projet de loi défendu par la députée Olga Batalina a été voté mercredi par la Douma avec 385 voix et 2 contre. Le texte dépénalisera les violences commises au sein d'une même famille, y compris contre les enfants ou le conjoint, tant qu'elles n'ont pas "causé de séquelles graves ni eu de précédent."

Il prévoit une amende de seulement 30.000 roubles (470 euros), alors que la législation actuelle inflige jusqu'à deux ans de prison aux coupables de violences domestiques.

Le texte doit encore être approuvé en troisième lecture par les députés puis voté par les sénateurs, généralement une formalité, avant d'être promulgué par Vladimir Poutine.

Une femme meurt toutes les 63 minutes à cause des violences domestiques


"Si vous giflez votre enfant mal élevé, vous risquez jusqu'à deux ans de prison. Si votre voisin fait de même, il n'aura qu'une amende", a écrit sur son blog l'un des auteurs de la loi, la sénatrice Elena Mizoulina, pour justifier la nécessité de changer la législation.

Plus de 650.000 femmes sont battues chaque année par leur mari ou un proche, selon un bilan établi en 2010 par le Centre national contre la violence familiale. D'après cette ONG, qui précise que les statistiques restent inchangées depuis 1995, une femme meurt toutes les 63 minutes dans des violences domestiques en Russie.

Via L'Obs
Fourni par Blogger.