DOCUMENT Si, Myriam El Khomri savait que sa loi lançait le plan social à ‘La Voix du Nord’

La ministre du Travail, pointée du doigt par Benoît Hamon, a nié la responsabilité de sa loi dans le plan social qui menace aujourd’hui La Voix du Nord. Un document que s’est procuré Regards confirme pourtant que le ministère était prévenu ... dès juillet.


Accusée d’avoir rédigé une loi qui aurait rendu possible le plan social aujourd’hui en cours à La Voix du Nord, menaçant ainsi 178 salariés, la ministre du Travail et ses équipes ont tout fait pour nous convaincre du contraire : "La loi travail n’a en aucun cas rendu plus facile ce plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)", insiste-t-elle encore ce matin dans Les Échos, après avoir inondé les réseaux sociaux, diffusé des démentis dans la presse et pris le soin de répondre à Benoît Hamon par une lettre publique – lors du débat télévisé de la primaire du PS, ce dernier avait mis en cause la loi Travail dans le sort des salariés du journal régional.

Mensonge


Dans sa lettre, Myriam El Khomri souligne "qu’elle n’a nullement été saisie d’un projet de plan" concernant La Voix du Nord... ce qui est faux.

La version défendue aujourd’hui dans Les Échos a d'ailleurs été modifiée pour pouvoir jouer avec les mots. Il n’est désormais plus seulement question de "plan" mais de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) : "Je démens en outre que le ministère du Travail, via la Direccte [Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi], aurait été saisi d’un PSE à l’été." Si ce qu’elle affirme ici est juste, elle oublie de dire qu’elle a bien été saisie d’un projet de plan, dit "de réorganisation", dès juillet 2016. La direction de l’entreprise avait déjà interpellé les services du ministère. C’est la Direccte qui a été informée la première – ce qu’elle a d’ailleurs confirmé par un communiqué en date du 13 janvier 2017.

La Direccte rappelle dans ce communiqué qu’elle avait bien été saisie d’un projet de plan dès juillet 2016 : "Un projet de réorganisation a été présenté aux services dans le courant de l’été 2016, à l’initiative de l’employeur comme c’est l’usage dans ce type de procédure." Deux petites lignes qui démontent toute la défense du ministère. Ce communiqué a depuis disparu....avant que Regards ne le retrouve : (cliquez sur l'image pour ouvrir le PDF)





La ministre a donc menti puisqu'elle a bien été saisie d’un plan, depuis juillet 2016. Depuis, il s’est passé six mois sans qu'elle ne se préoccupe de la situation de l’entreprise et de ses salariés.
Fourni par Blogger.