Marine Le Pen a jusqu'à ce soir minuit pour rembourser 300 000 euros au Parlement européen

Marine Le Pen n'a que jusqu'à ce soir minuit, dernier délai. Elle doit rembourser près de 300 000 euros au Parlement européen pour avoir rémunéré comme assistante parlementaire Catherine Griset, à une époque où celle-ci était la secrétaire, puis la cheffe de cabinet de la présidente du FN.


Si elle ne s'acquitte pas de cette somme au Parlement, la présidente du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) pourrait se voir retirer la moitié de son salaire et de ses indemnités journalières, ainsi que la totalité de ses frais généraux.

Une seconde lettre de recouvrement a été adressée à la présidente du Front national, pour un montant d'environ 40 000 euros correspondant à l'emploi comme "assistant parlementaire" de son garde du corps, pendant quelques mois.

Les demandes du Parlement font suite à une enquête de l'Olaf, l'Office européen de lutte antifraude. Celui-ci a été saisi en mars 2015 par le Parlement européen de soupçons de fraudes relatives aux conditions d'emploi de vingt assistants parlementaires du Front national. Le parquet de Paris a lui-même ouvert une information judiciaire sur cette affaire le 15 décembre dernier.

Elle porte, "contre personne non dénommée", sur les chefs "d'abus de confiance et recel d'abus de confiance, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux, et travail dissimulé".
Fourni par Blogger.