Le décret anti-musulmans de Donald Trump alerte le monde entier

Theresa May a exprimé son désaccord avec cette "approche", François Hollande a alerté contre "le repli sur soi" et le Canada a rappelé son engagement a ne jamais discriminer les réfugiés en fonction de leurs croyances.


Le décret du président américain interdisant l’entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans – Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen – a déjà des effets à travers le monde.

Hier, plusieurs dirigeants internationaux ont pris position sur la politique de Trump en matière d’immigration. Netanyahu, dirigeant d’Israël, a publiquement approuvé les mesures annoncées aux Etats-Unis, indiquant sur son compte Twitter : "Le président Trump a raison. J’ai construit un mur le long de la frontière sud d’Israël. Cela a stoppé toute l’immigration illégale. Grand succès, grande idée."

La première ministre britannique Theresa May n’est quant à elle "pas d’accord" avec les restrictions à l’immigration imposées par Donald Trump, a déclaré aujourd'hui un porte-parole.

François Hollande a mis en garde samedi soir Trump contre "le repli sur soi" et l’a appelé au "respect du principe de l’accueil des réfugiés", "fondement de nos démocraties", selon un communiqué publié par l’Elysée.

Lors d’un entretien téléphonique, "le chef de l’Etat a mis en garde contre les conséquences économiques et politiques d’une approche protectionniste", en soulignant que, "face à un monde instable et incertain, le repli sur soi est une réponse sans issue".

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a affiché la volonté de son pays d’accueillir les réfugiés "indépendamment de leur foi":

"A ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi", a tweeté M. Trudeau, ajoutant : "La diversité fait notre force. Bienvenue au Canada."

Depuis un peu plus d’un an, le Canada a accueilli quelque 35 000 réfugiés syriens. Trudeau avait tenu à accueillir lui-même à l’aéroport, en décembre 2015, le premier contingent de ces réfugiés.
Fourni par Blogger.