Cette vidéo dévastatrice va faire s'effondrer l'ensemble de la défense Fillon

"Envoyé Spécial" va diffuser ce jeudi soir les extraits d'une interview compromettante de l'épouse de François Fillon accordée au "Daily Telegraph".


Après "Le Canard Enchaîné", l'émission "Envoyé Spécial" annonce ce jeudi 2 février qu'elle va diffuser à 20h30 sur France2 des extraits d'une interview vidéo accordée en 2007 par Penelope Fillon au quotidien britannique "The Daily Telegraph". Son contenu est accablant pour la défense de l'ancien premier ministre, accusé d'avoir salarié son épouse pour des activités fictives pendant des années.

"Moi, je n'ai jamais été l'assistante de mon mari", déclare Penelope Fillon au cours de cette interview longue de 45 minutes. "Je ne me suis pas occupée de sa communication non plus", précise-t-elle à la demande de son interlocuteur.

Dans le même entretien, l'épouse de celui qui venait tout juste d'être nommé premier ministre se confie: "peu à l'aise dans les allées du pouvoir", elle précise qu'elle n'a aucun rôle aux côtés de son mari et se consacre à l'étude de Shaskespeare. "J'ai réalisé que mes enfants me connaissaient mais seulement en tant que mère. [...] Je me suis donc dit : 'Je ne suis pas stupide, cela va me permettre de travailler et de penser à nouveau', raconte-t-elle. Alors que selon les versions de son époux, elle est censée avoir exercé le métier de collaboratrice parlementaire pour François Fillon puis son suppléant Marc Joulaud depuis plus d'une dizaine d'années.

La retranscription écrite existe sur le site du quotidien britannique. L'épouse de François Fillon, qui s'y décrit comme "une paysanne", y évoque sa rencontre avec l'ancien premier ministre, leur vie de famille. A aucun moment elle ne donne l'impression de collaborer avec lui d'une manière ou d'une autre, insistant sur son "horreur de la vie parisienne."

Ces révélations interviennent alors que certains députés de droite appellent ouvertement au désistement de François Fillon en vue de l'élection présidentielle. Ce mercredi, deux sondages donnent l'ancien premier ministre en net recul et éliminé au premier tour de l'élection présidentielle.
Fourni par Blogger.