Najat Vallaud-Belkacem s'en prend à Emmanuel Macron et son “aventure hasardeuse vouée à l'impasse”


PRÉSIDENTIELLE - La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a sévèrement critiqué la campagne d'Emmanuel Macron.

Pendant que la droite se déchirait dans l’attente de la prise de parole de son chef, la gauche était elle-aussi confrontée à un problème : vainqueur de la primaire, Benoit Hamon essaie de rassembler son camp, face à la candidature rassembleuse d'Emmanuel Macron.


“L’aventure solitaire de Macron, ça n’est pas possible”


Emmanuel Macron a sauté par-dessus la primaire, devenant de fait l'un des concurrents officiel du Parti socialiste. Aujourd’hui sur France Inter, la ministre de l’Education nationale a vivement étrillé son ancien collègue au gouvernement.

“Quand je prends l'aventure assez solitaire d'Emmanuel Macron, au fond (...) c'est : je rassemble dans mon camp l'ancien directeur de campagne de Bruno Le Maire" et "des élus socialistes ou de gauche. Ça n'est pas possible”. Ni de droite, ni de gauche, le pari originel d’Emmanuel Macron, qui lui causerait du tort ? “A terme, poursuit la ministre, va arriver le moment de la clarification, et vous verrez qu'une partie des actuelles troupes sondagières d'Emmanuel Macron ne se reconnaîtra plus dans ce projet et donc reviendra, c'est mon pari, pour ce qui est des socialistes, vers le Parti socialiste”.

“Est-ce qu'on va prendre le pari d'aventures hasardeuses qui risquent de se dégonfler ?”


Najat Vallaud-Belkacem poursuit : “On ne peut pas avoir dans son camp, et des gens qui considèrent qu'il faut absolument réduire la dépense publique, et des gens qui considèrent qu'il faut investir dans l'Education nationale, dans les services publics, ça n'existe pas".

Et de conclure en lançant un appel au rassemblement pour tous les sympathisants socialistes : “Est-ce qu'on va prendre le pari d'aventures hasardeuses qui risquent de se dégonfler parce que c'est une impasse ? Je pense que le socle c'est le Parti socialiste (...) Maintenant que nous avons un candidat (...) il faut se rassembler autour de lui”.
Fourni par Blogger.