Ce que “Der Spiegel” a déclaré pour se défendre suite à sa Une sanglante sur Trump qui fait polémique


La couv du dernier numéro de l’hebdomadaire allemand “Der Spiegel” a suscité de nombreux commentaires dans le monde entier. Le rédacteur en chef du magazine défend sa position.  

“Dévalorisation du journalisme” 


Une couverture “stupéfiante” pour le "Washington Post", qui “dévalorise le journalisme” aux yeux de "Die Welt". La Une du magazine montre un dessin de Donald Trump brandissant la tête coupée de la statue de la Liberté dans sa main droite et un couteau sanglant dans la main gauche. Le titre reprend le slogan du président américain : “America First” (l’Amérique d’abord).

Pour le "Daily Mail", cette image évoque clairement les soldats de l’organisation État islamique qui se sont filmés en train de décapiter des otages.


L’auteur de l’illustration, Edel Rodriguez, est un Cubain arrivé aux États-Unis en 1980 en tant que réfugié politique. Il explique, dans WaPo, avoir voulu représenter “la décapitation de la démocratie, la décapitation d’un symbole”.

Après deux jours de réactions face à cette Une, le rédacteur en chef du Spiegel s’est exprimé. Le "Guardian" reprend ses propos :

"Le ‘Spiegel’ ne veut provoquer personne. Nous voulons montrer les enjeux réels de ce qui se passe, il est question de démocratie, de liberté, de liberté de la presse, de liberté de la justice, et tous ces éléments sont clairement menacés. Nous défendons la démocratie… Est-ce que l’heure est grave ? Oui.”"
Fourni par Blogger.